Une étude sur quelques vers retrouvés de la Chanson de la croisade albigeoise

Le lecteur sera peut-être surpris de trouver, dans le cadre d’Heresis, revue consacrée aux thèmes de la dissidence, une « étude sur quelques vers retrouvés de la Chanson de la croisade albigeoise ». De fait, le travail que présente ici Christian Douillet, à partir d’une information fournie par Thomas Falmagne en 2016, ne constitue pas une étude littéraire de plus destinée à illustrer un beau texte occitan médiéval ; mais apporte des éléments nouveaux concernant la tradition manuscrite d’une oeuvre proprement … dissidente.
Rappelons tout d’abord rapidement que c’est le romaniste Claude Fauriel qui, en 1846, a donné au texte dont nous parlons l’intitulé « Chanson de la croisade contre les Albigeois » ; l’œuvre originale ne portant d’autre nom que Canso – Chanson [de geste]. La Canso relate en effet, en près de dix mille vers occitans, les événements survenus en Languedoc entre 1208 et 1219. Elle est connue par une seule copie, qui se donne pour intégrale : le manuscrit BnF fr 25425, ou Ms A, datable des années 1270. L’existence de quelques fragments, notamment celui publié par Raynouard et depuis lors perdu, laisse entrevoir une diffusion médiévale plus large de l’œuvre, attestant en particulier une lignée de tradition différente de celle de A (se reporter à l’annexe présentant l’état actuel de
la tradition manuscrite de la Canso). C’est dire si l’enquête minutieuse, suivie d’une transcription critique, que Christian Douillet consacre à deux fragments nouvellement reconnus de la Canso, probablement datables du XIVe siècle, permettent d’élargir les perspectives sur la diffusion ancienne – voire la genèse – de l’œuvre.

A. B.

Voir ici la publication intégrale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires